Danemark : Large victoire du « oui » pour rejoindre la politique de défense de l’UE

La Première ministre du Danemark, Mette Frederiksen, votant au référendum du 1er juin 2022, à Vaerlose. — Liselotte Sabroe/AP/SIPA

REFERENDUM Presque 67 % des Danois ont voté en faveur d’une intégration à la politique de défense européenne

Pour la Première ministre du Danemark, Mette Frederiksen, « il y a eu une Europe avant le 24 février, avant l’invasion russe et il y a une Europe après ». Il faut dire que son pays vient d’effectuer un premier changement important dans son positionnement vis-à-vis de Bruxelles. Une majorité écrasante de Danois, presque 67 %, ont en effet voté mercredi en faveur d’une intégration à la politique de défense de l’UE, selon le décompte de 99 % des bulletins de vote.

« Ce soir, le Danemark a envoyé un signal important. A nos alliés en Europe et l’Otan​, et au (Président Vladimir) Poutine. Nous montrons que, quand Poutine envahit un pays libre et menace la stabilité en Europe, nous autres nous nous rassemblons », a déclaré Mette Frederiksen à ses partisans.

Pour la Première ministre du Danemark, Mette Frederiksen, « il y a eu une Europe avant le 24 février, avant l’invasion russe et il y a une Europe après ». Il faut dire que son pays vient d’effectuer un premier changement important dans son positionnement vis-à-vis de Bruxelles. Une majorité écrasante de Danois, presque 67 %, ont en effet voté mercredi en faveur d’une intégration à la politique de défense de l’UE, selon le décompte de 99 % des bulletins de vote.

« Ce soir, le Danemark a envoyé un signal important. A nos alliés en Europe et l’Otan​, et au (Président Vladimir) Poutine. Nous montrons que, quand Poutine envahit un pays libre et menace la stabilité en Europe, nous autres nous nous rassemblons », a déclaré Mette Frederiksen à ses partisans.

Deux semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Première ministre avait annoncé un accord avec la plupart des partis du Parlement pour soumettre la fin de l’exception danoise à un référendum, ainsi que d’importants investissements militaires pour franchir la barre des 2 % du PIB consacrés au budget de la Défense souhaités par l’Otan. Pays traditionnellement eurosceptique, le Danemark avait obtenu en 1993 une série d’exceptions, baptisée « opt outs » (options de retrait) sur plusieurs questions européennes, notamment en matière de défense.

 

@20 Minutes avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*