Barcelone: l’attaque terroriste meurtrière revendiquée par le groupe EI

Les forces de l'ordre déployées sur le lieu de l'attentat, le 17 août 2017 à Barcelone. LLUIS GENE / AFP

une camionnette a percuté la foule jeudi 17 août sur les Ramblas, l’avenue la plus touristique de Barcelone. Le gouvernement catalan fait état de treize morts et plus de 50 blessés. La police régionale de Catalogne a annoncé avoir arrêté deux hommes dont un a été identifié.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi soir l’attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites jihadistes.

La police a annoncé jeudi après-midi 17 août par mégaphones qu’une « attaque terroriste » était « confirmée », après qu’une camionnette a percuté la foule sur l’avenue la plus touristique de Barcelone. Selon le gouvernement catalan, treize personnes ont été tuées, plus de 50 autres blessées.

Selon le journal catalan La Vanguardia, cité par Reuters, l’un des auteurs de l’attaque a été abattu lors d’une fusillade avec la police dans les faubourgs.

Deux suspects liés à l’attaque ont été arrêtés, a annoncé le président régional catalan Carles Puigdemont. Le premier suspect a été identifié.

« Nous avons arrêté un homme et nous traitons cela comme une attaque terroriste », ont annoncé pour leur part jeudi soir les Mossos d’Esquadra, la police régionale, sur Twitter, ajoutant qu’il n’y avait « aucune personne retranchée dans un bar du centre de Barcelone », contrairement à ce qu’avaient avancé plus tôt des sources policières.

Selon le journal El Periodico cité par l’agence Reuters, deux hommes armés se sont retranchés dans un bar du centre de Barcelone. El Periodico fait état de tirs dans le secteur de La Boqueria.

Il n’est pas possible de dire pour l’instant si ces hommes étaient au volant ou dans la fourgonnette. Selon le quotidien El Pais, le conducteur du véhicule s’est enfui à pied, après avoir fauché des dizaines de personnes.

Le lieu de l’attaque a eu lieu à Las Ramblas, l’avenue la plus touristique de Barcelone.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a fait savoir qu’il était en contact avec tous les services. « La priorité : soigner les blessés de Las Ramblas et faciliter le travail des forces de sécurité. »

C’est la première fois que la ville de Barcelone est ciblée par une attaque terroriste. La course folle d’une voiture ou d’un camion comme arme de terreur renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d’attentats imputés ou revendiqués par le groupe Etat islamique à Nice, Berlin ou Londres.

Source RFI