Les États-Unis recommandent que les Palestiniens demeurent à Gaza

«Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a fermement rejeté la suggestion de certains responsables israéliens visant à déplacer les résidents de la bande de Gaza vers l’Égypte, alors qu’Israël se prépare à une opération terrestre dans le nord de l’enclave et a appelé à son évacuation.»

En visite d’urgence au Moyen-Orient, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a clairement rejeté l’idée de déplacer les Palestiniens hors de la bande de Gaza, en insistant sur le fait que les habitants de Gaza devraient être en mesure de rester sur place pendant que Israël combat le Hamas.

Lors d’une interview diffusée le 16 octobre sur la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya, Blinken a déclaré : « J’ai entendu directement du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ainsi que de pratiquement tous les autres dirigeants de la région avec lesquels j’ai parlé, que cette idée est condamnée à l’échec, et par conséquent, nous ne la soutenons pas. » Il a ajouté : « Nous pensons que les habitants devraient pouvoir rester chez eux à Gaza. Cependant, nous souhaitons également garantir leur sécurité et leur fournir l’aide nécessaire. »

À la suite de l’attaque du Hamas le 7 octobre en Israël, au cours de laquelle plus de 1 400 personnes, principalement des civils, ont été tuées, déclenchant des représailles ayant coûté la vie à au moins 2 670 personnes, dont une part importante de civils, Israël a émis une demande de déplacement à plus d’un million de Gazaouis, les incitant à quitter le nord de l’enclave pour se rendre vers le sud, en prévision d’une éventuelle opération terrestre. Certains responsables politiques israéliens sont allés jusqu’à suggérer l’éventualité de pousser les Palestiniens vers l’Égypte voisine.

« Espace presque infini » dans le Sinaï

Daniel Ayalon, ancien vice-ministre israélien des Affaires étrangères, a appelé Le Caire à collaborer en établissant des camps de tentes pour les Palestiniens. Il a soutenu l’idée, arguant qu’il existait « un espace presque illimité » dans le désert du Sinaï, une région vaste qui était autrefois sous contrôle israélien. Cependant, l’Égypte a rejeté cette proposition. Lors de sa visite, le secrétaire d’État américain s’est principalement concentré sur les moyens d’acheminer de l’aide humanitaire vers Gaza, une enclave densément peuplée comptant 2,3 millions d’habitants et sous le contrôle du Hamas.

Le 13 octobre, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, a mis en garde Antony Blinken en lui expliquant que déplacer la population de Gaza équivaudrait à une « seconde Nakba », faisant référence au terme « catastrophe » en arabe, qui renvoie à l’exode et à l’expulsion de plus de 760 000 Palestiniens lors de la création de l’État d’Israël en 1948.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *