Le Ramadan, ce n’est pas se priver le jour et faire bombance le soir

On démarre un mois de jeun cette semaine, le Ramadan, le 9e mois du calendrier musulman. Une période propice à l’introspection par un détachement marqué des plaisirs qui nous empêchent souvent d’explorer pleinement notre spiritualité.
Un mois de réflexion sur nos valeurs humaines, qui sous-tendent cette spiritualité : compassion, humilité, patience, courage, honnêteté, renoncement, solidarité entre autres.
L’humilité de croire d’abord qu’il y a quelque chose de plus grand que nous. Que nous faisons partie d’un tout, d’une communauté humaine où chaque membre, chaque action a un poids aussi infime soit-il. Nous contribuons tous à l’équilibre ou au déséquilibre de ce monde. Tous égaux devant l’éternel, notre valeur étant déterminée par nos actions et nos intentions. C’est pour cela qu’on nous rappelle les méfaits du mensonge, de la médisance, de l’orgueil, des paroles et actions violentes.
L’humilité de savoir reconnaître la grâce de manger à sa faim, de vivre en santé, d’être soigné quand on est malade, d’être aimé, entouré et libre de ses mouvements. L’humilité de reconnaître qu’en ce mois, nous ne vivrons des privations que de façons fugaces alors que c’est le quotidien de certains.
L’humilité appelle la compassion, même chez les plus arrogants d’entre nous. La compassion pour les faibles, les démunis, les laissés pour compte mais également pour tous ceux qui se croient, se voient plus importants, imbus de leur pouvoir ou leurs avoirs. Rien n’est eternel !
Une période de pardon, de reconnaissance de nos limites, de dépassement, de soi et des futiles frustrations, de renonciation au superflu, aux égos surdimensionnés, aux jugements faciles, aux paroles et actions qui blessent ou peuvent nuire.
L’honnêteté de reconnaître nos erreurs, nos manquements, de nous les pardonner, avant d’espérer un pardon venu du ciel. L’honnêteté de les confesser, à ceux qu’on a offensé. Il est dit qu’Allah pardonne les pêchés entre Lui et nous mais ceux entre les hommes relèvent d’eux. Il ne pourrait pardonner une offense envers ton semblable. Il n’y a point de passe-droit divin si tes actions ou tes paroles nuisent à ton prochain. L’expression d’une justice plus démocratique que ce qu’on voit dans nos sociétés-états me diront certains.
Le Ramadan est pour finir un moment inégalé de solidarité humaine, de partage de peu de possessions ou de grandioses richesses. Par la Zakat d’abord, ce prélèvement sur nos avoirs au bénéfice d’un plus démuni que soi et cela en fonction de notre richesse. Encore une autre expression d’une vraie démocratie populaire. Solidarité également par le partage de repas, d’iftar en famille, entre voisins, amis, musulmans ou non, le don de nourriture aux familles demunies entre autres actions.
Les bienfaits du Ramadan sont donc bien nombreux, de la détoxication de notre organisme à la purification de notre intellect en passant par une expression amplifiée de nos qualités humaines.
Le Ramadan, c’est important de le mentionner n’est pas une obligation si votre état de santé ne vous le permet pas et comme je l’ai toujours dit vous ne devez d’explications à personne pour cela. On ne jeûne pas pour les autres mais pour soi et, cela va bien au-delà de s’empêcher de manger et de boire.
Vous l’avez sans doute deviné…ou pas… c’est mon moment préféré de l’an musulman pour la simple raison que la maturité est la perfection de l’esprit comme disait l’autre et,le Ramadan nous permet de grandir un peu mieux, chaque année !
Ramadan al Kareem !
Un Ramadan de paix à tou.te.s !

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*