Festival de Cannes: Pourquoi « Un héros » d’Asghar Farhadi a tout pour remporter la Palme d’or

Le réalisateur iranien Asghar Farhadi à Cannes © CHRISTOPHE SIMON / AFP

COMPETITION Le cinéaste iranien Asghar Farhadi aborde des thèmes passionnants et universels qui pourraient conduire le jury cannois à couronner « Un héros »

  • « Un héros » raconte comment un homme condamné pour dettes voit sa vie tourner au cauchemar après une bonne action.
  • Le réalisateur est revenu en Iran pour signer ce conte puissant.
  • Pour son premier rôle, l’acteur Amir Jadidi mériterait aussi un prix d’interprétation.

C’est le film du jour, et même peut-être de ce Festival de Cannes tout entier. Un héros d’Asghar Farhadi, c’est vraiment très réussi. Ce conte moral marque le grand retour du réalisateur d’Une Séparation dans son Iran natal après deux expériences loin de son pays d’origine : Le Passé (2013) et Everybody Knows(2018). Il lui permet aussi de revenir à des thèmes qui lui sont chers : le mensonge, la famille et loyauté. L’engrenage dans lequel se laisse prendre son héros (campé par l’acteur débutant Amir Jadidi qui mériterait un prix d’interprétation) est vertigineux.

Une histoire aux thèmes universels

Emprisonné pour dette, cet homme voit sa vie transformée en rêve puis en cauchemar sur fond de jalousies, rivalités familiales et réseaux sociaux. Son besoin de liberté comme son désir de rédemption tournent court dans une société iranienne gangrenée par la cupidité. « Pour certains, critiquer la société ne veut pas dire critiquer le système. Or, tout est lié », a déclaré Asghar Farhadi, ce mercredi en conférence de presse. Si l’action se déroule en Iran, ce que décrit le cinéaste tend vers l’universel.

Spike Lee et son jury pourraient facilement s’accorder sur cette belle histoire au scénario taillé au cordeau qui s’en prend simultanément à la peine de mort, aux inégalités sociales et aux magouilles politiciennes. Un héros coche toutes les cases pour séduire un large public lors de sa sortie le 22 décembre ainsi que chacun de membres du jury. Et puis, une Palme d’or (méritée) aurait un chic fou à côté de l’Oscar qu’Asghar Farhadi a reçu en 2012 pour Une séparation.

@20minutes.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*