Facebook, Instagram et WhatsApp : ce que l’on sait de la panne qui a affecté ces plateformes pendant des heures dans le monde entier

C’était un lundi noir pour les plateformes de Mark Zuckerberg.

Facebook, Instagram et WhatsApp, les trois services du géant de l’internet, ont connu lundi une panne mondiale qui a empêché des millions d’utilisateurs d’accéder à ses services en ligne.

La société affirme que le problème a été causé par des problèmes lors d’un changement de configuration de ses systèmes.

Dans une déclaration, Facebook a indiqué que cela a affecté les outils et systèmes internes de l’entreprise, ce qui a compliqué les tentatives de résolution du problème.

La société ajoute que « rien ne prouve que les données des utilisateurs ont été compromises à la suite de ce temps d’arrêt ».

L’accès via le web ou les applications pour smartphones n’a pas été possible pendant au moins six heures, après quoi les services ont commencé à être rétablis.

Downdetector, un site qui recense les pannes sur les plateformes en ligne, a enregistré des centaines de milliers de rapports de bugs pour Facebook (et son service Messenger), Instagram et WhatsApp.

Les applications nécessitant une connexion à Facebook ont également été touchées, comme le jeu Pokémon Go.

Certains utilisateurs d’Oculus, la plateforme de réalité virtuelle de Facebook, ont également signalé des problèmes.

Des rapports font état d’un « chaos » au siège de Facebook alors que les techniciens s’efforcent de résoudre le problème » en Californie, rapporte James Clayton, journaliste de la BBC spécialisé dans les technologies en Amérique du Nord.

L’entreprise de Mark Zuckerberg a connu un lundi noir

Alors que les services commençaient à être rétablis, la société souligne dans un message sur Twitter :

« À la grande communauté de personnes et d’entreprises du monde entier qui dépendent de nous : nous sommes désolés. Nous avons travaillé dur pour rétablir l’accès à nos applications et services et nous sommes heureux de vous annoncer qu’ils sont à nouveau en ligne. Merci de rester avec nous ».

Ce que dit Facebook

Dans sa déclaration, Facebook affirme que des changements dans la configuration des routeurs qui coordonnent le trafic réseau entre ses centres de données ont causé des problèmes qui ont perturbé cette communication.

« Cette perturbation du trafic réseau a eu un effet en cascade sur la façon dont nos centres de données communiquent, ce qui a paralysé nos services », explique l’entreprise.

« Nous pensons que la cause profonde de cette panne est un changement de configuration défectueux », ajoute-t-il.

Elle affirme également que la panne a affecté les systèmes d’exploitation internes, « ce qui a compliqué nos tentatives de diagnostiquer et de résoudre rapidement le problème », selon la déclaration.

Enfin, la société affirme qu’il n’y a aucune preuve que les données des utilisateurs soient compromises.

Pour Clayton, il est notable que la panne a également « entravé la capacité de Facebook à résoudre le crash en supprimant les outils internes nécessaires pour régler le problème ».

Clayton ajoute qu’il est également intéressant que la déclaration de Facebook soit « soigneusement rédigée » et n’exclut pas la possibilité d’un « jeu déloyal » derrière les causes du sinistre.

Comme WhatsApp, Messenger et Instagram utilisent tous la même plateforme Facebook, les failles affectent les trois

Tous les yeux tournés sur Facebook

La perturbation des services de Facebook est survenue le lendemain de la diffusion d’une interview donnée par un ancien employé de Facebook qui a fait fuiter des documents sur l’entreprise.

Frances Haugen a souligné dimanche à la chaîne de télévision américaine CBS News que l’entreprise avait privilégié « la croissance plutôt que la sécurité » pour ses utilisateurs.

L’entreprise de Mark Zuckerberg explique que la fuite était trompeuse, affirmant qu’il s’agissait d’une interprétation biaisée des données et qu’elle négligeait les recherches positives menées par l’entreprise.

Ce mardi, Mme Haugen devait témoigner devant une sous-commission du Sénat américain lors d’une audition sur les recherches de Facebook concernant l’effet d’Instagram sur la santé mentale des jeunes.

Dans ce scénario, Facebook a perdu près de 5 % de sa valeur à la Bourse de New York.

@BBC Afrique

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*