Centrafrique: premier bilan de la journée de vote, le dépouillement continue

Les électeurs font la queue pour voter lors des élections présidentielles et législatives dans un bureau de vote à Petevo, 8e arrondissement de Bangui, en République centrafricaine, le 27 décembre 2020. © REUTERS / Antonie Rolland

Au lendemain d’une journée de vote marquée par des perturbations de groupes armés à l’intérieur du pays et alors que le dépouillement continue, une première cartographie des sous-préfectures ou le vote a bien eu lieu se dessine.

Le ministre de l’Administration du territoire, Augustin Yangana Yahote, a fait le décompte ce lundi 28 décembre au matin : 36 sous-préfectures ont pu voter normalement, 6 partiellement et 29 sous-préfectures n’ont pas pu voter du tout. Ce scrutin est donc une réussite dans un contexte sécuritaire très délicat, selon lui.

Les électeurs des localités du nord-est du pays ont pu voter sans difficultés. D’autres régions ont été plus impactées comme à Bouar, ou à Bossangoa. Dans ces villes, les groupes armés ont tout simplement empêché le vote, dans certaines autres, elles ont détruit le matériel électoral.

Certaines voix s’élèvent sur la suite à donner dans les zones où les électeurs n’ont pas pu aller aux urnes. Pour ces cas, c’est la Cour constitutionnelle qui tranchera. La possibilité d’élections partielles est évoquée par certains acteurs, c’est-à-dire que le vote pourrait être réorganisé dans les zones où il n’a pas pu avoir lieu dimanche.

Le dépouillement se poursuit

À Bangui, la capitale qui rassemble environ 250 000 électeurs sur 1, 8 million, le vote a eu lieu malgré les craintes qui entouraient cette journée. Plus tôt dans la semaine, des rumeurs avaient provoqué un mouvement de panique incontrôlé jusque dans le centre-ville, faisant craindre pour cette journée de vote, même dans la capitale.

Finalement les Banguissois étaient au rendez-vous, et de longues files d’attentes se formaient devant les bureaux de votes, selon les journalistes de RFI. Des dysfonctionnements et problèmes logistiques ont été relevés, mais la détermination des Banguissois était bien là, même si le taux de participation n’est pas encore connu.

Ce lundi matin, Bangui est aujourd’hui dans l’attente des rapports d’observateurs et les dépouillements se poursuivent un peu partout sur le territoire, assure l’Autorité nationale des élections. L’ANE précise aussi que l’ensemble des résultats vont être acheminés vers Bangui par la route, quand c’est possible, ou par avion. Les résultats provisoires sont attendus le 4 janvier prochain.

@RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*