Manifestations aux Etats-Unis : Trump déploie la police fédérale et provoque la colère des maires

MANIFESTATIONS – Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi le renforcement des effectifs des agents fédéraux à Chicago, déjà présents également à Portland. Une décision fortement contestée par les maires démocrates de Chicago, Portland, Seattle, Atlanta, Kansas City et Washington, qui dénoncent un « déploiement unilatéral » décidé par le chef d’Etat américain.

La tension ne retombe pas aux Etats-Unis. Mercredi, le président américain Donald Trump a annoncé le renforcement des effectifs des agents fédéraux à Chicago, après une résurgence de violence dans la troisième ville des Etats-Unis et malgré l’opposition de la maire démocrate de la métropole.

« J’annonce une forte hausse des forces de l’ordre fédérales dans les populations affectées par la criminalité violente« , a-t-il dit depuis la Maison Blanche. Le ministère américain de la Justice va « immédiatement augmenter le nombre d’agents de la police fédérale dans la ville de Chicago« , a-t-il ajouté.

Les maires démocrates vent debout

Présent aux côtés du président, Bill Barr, le ministre de la Justice, a précisé que l’opération concernerait Chicago, Kansas City et Albuquerque. Environ 200 agents seront envoyés à Chicago, 30 à Albuquerque au Nouveau-Mexique, et 200 se trouvent déjà à Kansas City, dans le Missouri, a-t-il dit. Selon M. Barr, ils travailleront « main dans la main » avec la police et ne doivent pas être confondus avec les agents fédéraux impliqués dans la réponse anti-émeutes.

Lundi, le président avait menacé d’envoyer des agents fédéraux à New York et Chicago comme dans d’autres bastions démocrates, pour protéger les bâtiments fédéraux et, plus globalement, « rétablir l’ordre« . Une quinzaine de personnes ont encore été blessées mardi dans une fusillade lors de funérailles à Chicago, selon la police.

Les maires démocrates de Portland, Seattle, Chicago, Atlanta, Kansas City et la capitale fédérale Washington ont envoyé une lettre au ministre américain de la Justice pour s’opposer au « déploiement unilatéral » de forces fédérales chez elles. « En aucun cas je ne laisserai les soldats de Donald Trump venir à Chicago et terroriser nos habitants« , a tweeté la maire de la ville, Lori Lightfoot.

C’est une occupation inconstitutionnelle.Ted Wheeler, maire de Portland.

Dans le même temps, le maire de Portland Ted Wheeler est allé à la rencontre des manifestants, toujours aussi nombreux, pour les écouter et répondre à leurs questions après de violents affrontements entre eux et les agents fédéraux présents sur place. « C’est une occupation inconstitutionnelle. Les tactiques qui ont été utilisées par nos officiers fédéraux sont odieuses. On ne dit pas aux gens par qui ils sont arrêtés, et on vous refuse les droits constitutionnels fondamentaux. C’est une utilisation des forces de police, de la police fédérale à des fins politiques. Ce n’est une pas solution acceptable où que ce soit en Amérique » a-t-il déclaré face à la foule.

Le maire a d’ailleurs reçu du gaz lacrymogène lancé par des agents fédéraux alors qu’il se trouvait avec les manifestants.

Donald Trump a dit mercredi vouloir « rendre la police plus forte, pas plus faible », et estimé que davantage de policiers devraient être embauchés, pas voir leur budget réduit. Il faisait allusion aux appels à « couper les fonds à la police » qui ont émergé avec les manifestations antiracistes ayant suivi la mort de George Floyd fin mai.

@ LCI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*