La quarantaine menace la reprise des voyages touristiques

Des policiers russes surveillent les résidents russes de retour de New-York (Sputnik/Sipa)

Le Royaume-Uni, l’Espagne et la France ont préparé des plans de quarantaine qui laissent augurer d’une reprise très lente du tourisme international. Si tant est que les frontières rouvrent.

Une ombre plane sur la réouverture progressive des frontières : la mise des voyageurs en quarantaine, ou plutôt en quatorzaine, puisque la durée maximale d’incubation du coronavirus est de deux semaines dans 99 % des cas, selon les scientifiques.

Des mesures qui menaceraient toute reprise du tourisme international dans les prochaines semaines, mais assez rares pour l’instant, pour la simple raison que la plupart des Etats… maintiennent leurs frontières fermées. L’ Organisation mondiale du tourisme estime que 166 pays sur 217 sont ainsi claquemurés plus ou moins strictement.

Quarantaine imposée dans plusieurs pays européens

Mais le Royaume-Uni, qui fait partie des très rares pays n’ayant jamais clos ses frontières (sauf en provenance de Wuhan ou de Lombardie), a annoncé lundi dernier des mesures de « quarantaine ». Pour l’heure, seulement pour les arrivées par avion, toutefois, et avec des exemptions au profit des voyageurs en provenance de France et d’Irlande.

L’Espagne a annoncé mardi qu’elle imposerait ce vendredi un isolement au moins jusqu’au 24 mai, sauf pour les chauffeurs routiers et le personnel soignant. Isolement que les personnes concernées pourraient vivre dans la résidence de leur choix avec autorisation de sortie pour faire des courses. Ce dispositif de mise en quarantaine est censé expirer fin mai avec l’état d’urgence, mais les deux sont susceptibles d’être prolongés, au moins jusqu’en juillet. L’Irlande a annoncé mercredi qu’elle envisageait un isolement obligatoire pour tout voyageur international.

Coronavirus : pas de déconfinement pour les frontières

Tourisme en Grèce : comment le gouvernement tente d’éviter le pire

L’Italie, pour sa part, impose depuis des semaines une mesure d’auto-isolement de 14 jours à toute personne entrant dans le pays, sauf pour un court séjour professionnel, ou s’il s’agit de travailleurs frontaliers, ou du secteur de la santé. Berlin, qui compte alléger ses contrôles aux frontières ce samedi et les rouvrir complètement le 15 juin, impose depuis le 10 avril une quarantaine sur le lieu de résidence habituel en Allemagne, sauf pour les travailleurs frontaliers. Il en est de même en Pologne.

Des exemptions à vrai dire peu différentes de celles en vigueur un peu partout dans l’espace Schengen, où la règle est que les voyages internationaux sont interdits sauf ceux autorisés pour motifs spécifiques (travailleurs frontaliers, routiers, équipages aérien ou naval, personnel soignant, diplomates, résidents ou leurs conjoints et enfants, ou déplacements de transit, ou pour raisons professionnelles certifiées). Grosso modo, ne sont interdits, au moins jusqu’au 15 juin, au sein de l’espace Schengen que les voyages touristiques ou de convenance personnelle.

Incertitudes en France

La France envisage, elle, d’imposer une quarantaine aux voyageurs en provenance de pays à risque, mais pas, pour raisons diplomatiques, à ceux venant du Royaume-Uni ou de l’espace Schengen. Lequel compte pourtant, avec l’Italie, l’Espagne et la Belgique, parmi les pays du monde à plus forte prévalence du Covid-19. La Belgique impose pour sa part une quatorzaine, y compris à ses résidents, de retour de l’étranger.

Dans le reste du monde, les quarantaines ne sont pas à l’ordre du jour, puisque l’entrée sur le territoire demeure interdite, sauf motifs particuliers ou en provenance de certains pays, en Russie, Israël , Etats-Unis, ainsi que dans la majorité des pays d’Afrique, d’Amérique latine ou d’Asie.

Le Liban reconfine

Alors que les pays du monde entier guette avec angoisse une deuxième vague de Covid-1, pour l’instant avérée nulle part, le Liban a eu le douloureux privilège, mardi, d’être le premier pays après Singapour à se reconfiner. Pour seulement quatre jours, toutefois, à partir de mercredi soir. Beyrouth, parmi les premiers pays en confinement mi-mars, avait commencé à alléger les mesures fin avril. Mais il a enregistré 109 nouveaux cas ces quatre derniers jours, sur un total de 870 infections, dont 26 mortelles. Toutes les activités sont interdites sauf celles liées aux secteurs de la santé, de l’industrie et de l’agriculture. Le pays était rentré lundi dans la troisième phase d’assouplissement des mesures, avec en ligne de mire la réouverture progressive des établissements scolaires à partir du 25 mai et celle de l’aéroport le 8 juin.

©lesechos