Des hackeurs russes peuvent prendre le contrôle de réseaux électriques

Washington – Un groupe de cyber-espionnage lié à la Russie a piraté des réseaux électriques en Europe et aux États-Unis, faisant planer la menace de pannes provoquées à distance, a révélé l’entreprise américaine de sécurité informatique Symantec mercredi.

Selon Symantec, le groupe Dragonfly 2.0 a accédé aux systèmes opérationnels de réseaux électriques aux Etats-Unis, en Turquie et en Suisse et « est maintenant capable de saboter ou prendre le contrôle de ces systèmes s’il le décide ».

Symantec n’a pas lié Dragonfly 2.0, qui opère depuis plusieurs années, à un pays précis. Mais le gouvernement américain et plusieurs spécialistes de la sécurité informatique pensent que Dragonfly 2.0 a des racines en Russie et a des liens avec le gouvernement russe.

Depuis plusieurs années le groupe de pirates informatiques s’en prend à des cibles occidentales, utilisant la méthode du hameçonnage pour pénétrer dans leur système informatique et y ouvrir un accès clandestin.

Mais depuis le début de l’année 2017, il s’est « concentré » sur les systèmes énergétiques, contre lesquels il a multiplié les attaques, explique Symantec.

« Dragonfly 2.0 semble vouloir comprendre comment fonctionnent les installations énergétiques et prendre le contrôle de leurs systèmes opérationnels », précise l’entreprise américaine.

pmh/jm/leo/sha/pb

SYMANTEC